Apologie du voyage

Voyager, loin de l’idée de faire du tourisme, c’est partir à la découverte.
Au-delà de vacances, c’est se confronter à la peur. La peur de l’inconnu, la peur du futur. Celle de partir simplement.
Au-delà d’être pour quelques jours ou semaines dans un autre pays, une autre culture, au milieu de partout ou de nulle part est une quête en soi, une quête de soi.
Remettre en question son point de vue et accepter que l’autre soit différent, et si proche. C’est aussi ouvrir sa pensée sur d’autres sphères, d’autres philosophies, d’autres vies.
Au-delà de voir du paysage, de belles contrées, de partir avec son sac sur le dos et d’avaler du kilomètre, prendre des photos et rentrer chez soi.
Voyager est, et c’est mon avis personnel, se plonger dans ce paysage, aller à la rencontre de ses habitants et essayer de comprendre comment ce paysage à modeler ses indigènes. Leurs nourritures (pour un français, c’est mine de rien essentiel), leurs habitats, leurs rythmes, leur culture. C’est faire sien pour un temps ou pour toujours d’autres valeurs.

Cette quête de soi peut entrainer loin de chez soi, loin de tout et se redécouvrir.
Apprendre ces nouvelles valeurs et en oublier d’autre.

Faire partie de cette communauté.

Un film émouvant le dit bien : ‘Le bonheur n’est complet que partagé ».

Nous sommes des animaux grégaires et nous avons besoin du regard de l’autre. Passez-moi l’expression, mais je ne crois pas au Crusoïsme.

Voyager, c’est partir et revenir au près des siens. Ils sont l’attache, le cordon ombilical. Sans eux, point d’origine. On ne tourne plus qu’apatride. C’est accepter de vivre sans eux mais avec eux. Au risque d’être niaiseux, ils sont, quoiqu’il arrive, avec soi, où que l’on soit.

Quel rapport, me direz-vous, avec l’art ?
Le voyage est au cœur de l’Art. L’un de ses thèmes centraux. Et je ne vais pas m’étendre plus sur ce sujet que ces quelques lignes.
Gauguin, Poussin, Rodin pour citer des grands, Vaianu, Mikki, dans ma sphère proche. Les uns comme les autres sont sensible à ce sujet. Introspectif ou non, voyage au cœur de l’humain, ou simplement sur une terre exotique pour d’autre. Partir loin et perdre son âme. Pour finalement créer et comprendre un peu.

Le voyage est l’un des principes fondateurs de l’art. Il ouvre l’esprit, offre de nouvelles visions, techniques. Permet de rencontrer des hommes et des femmes. Sans eux, nous n’aurions rien à offrir au Monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.