Deux jours

Cela fait deux jours. De fait, deux nuits.
Moins de quarante-huit heures depuis cette décharge de haine pure.
Violence adrénalinique.
Moi qui me croyais enfin absous.
D’avoir pu tourner la page.  Et laissé couler la rivière. Coup de tonnerre dans le ciel bleu.
Autopsie en cours.

J’entrevois ce que je recherche. Ma propre psychanalyse. Le temps est le miroir de mon âme. Un jour, je vous livrerai ce poème adulescent. A faire croire qu’un artiste est prophétique.
J’ai encore la haine chevillée au corps.
Diffuse. Lointaine.
Et toute aussi forte.
Merde, ma cicatrice n’est pas aussi bien couturée.
Remarque, c’est peut être ça, le fondement de l’artiste, du créateur.
Fondement, fondement.
A en tomber sur le cul, que cette découverte, n’est-il pas ?
Un artiste qui croit qu’il est en paix, se retrouvant face à son point de départ.
Et quand je dis, départ, c’est le vrai grand départ.
La fuite en Egypte même. Quelle Bérézina.

Moi le coléreux, prétendument bon et en paix, ce petit morceau de hasard qu’est internet me place face au mur.
Et je me retrouve à me décortiquer, avec des mots encore une fois.
La toile sera la pièce suivante.
Fuck le conceptuel, Fuck l’intellectuel, mort aux keufs.
Je suis un putain d’humain.
Qui dégringole de sa tour d’ivoire, jardin d’hiver.
Rapunzel, tu n’es pas seule.
Je hais.
Encore.
Toujours.
Et pas de baume universel.

Coucher des mots, barbouiller des couleurs, trancher dans la masse.
Complaisance du masochiste.
Qui a dit qu’un créateur n’aime pas se rouler dans sa propre fange. Se gorger de la lie de son humanité.
Jubilation exutoire.
Je défie quiconque de me jeter la pierre. Envoyer moi plutôt de la rocaille. Sonnante et trébuchante, s’il-vous-plaît.
Je suis un spectacle vivant.
Grâce à moi.
J’exhume vos émotions en ouvrant grand la porte de Surmoi, m’offrant à Ca.
La paix de la haine.
Je m’aime.
Au moins, j’ai l’avantage d’accepter qui je suis.
Je travaille avec. Tous les jours.
J’engrange mes émotions.
Dans mes tripes.
Rancunier, le bonhomme ! Ah non, je ne crois, M’sieur, Dame.
Mystification de la sublimation. Eros, Thanatos, Aphrodisiaque,
Marsien.
Et Vénusien.
J’aime ce coté humain. Même maintenant, je prends mon pied de ressentir.
Orgasme de s’exhiber. Ne le ressentez-vous pas ? Ne serait-ce que de temps en temps ?
A défaut d’en parler avec l’inconnu du train, le voisin de siège. C’est au livre des visages que l’on se confie. Psychologie de l’inconnu.
Diantre, je donnerai cher pour lire les futurs analystes de mon art. Une fois le rideau tombé, que dira-t-on ?
Il a aimé, il a été déchiré. Les femmes, son obsession. Il avait en horreur l’obscurantisme.
Pervers, masochiste, exhibitionniste.
Ah mais nous avons là les ingrédients d’un Plutarque de l’asile.
Jubilation du verbe.
Je hais.
Dieu, que j’aime haïr.
C’est fort, c’est doux.
Comme le café.
Noir et intense.
Acidulé.
What else, Georges, What else?
Charles avait raison.
The more you learn to do it.
The more light there will be

the gods wait
to delight
In
You.
En tout cas, j’y crois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.