Fragment de mémoire. Halle saint pierre. Avril.

L’esprit humain est particulier. Il n’apprend jamais.
Encore une fois, j’ai laissé une porte ouverte. Et elle en a profité. Remarque, cela me pendait au nez.
Il a fallu que cela soit à quelques lieux de mon chez-moi. Frustration totale.
Après, il est vrai que cette rencontre, ta rencontre ne pouvait être plus rêvée. Paris, Une exposition. Des dessins. Que demande le peuple.
Un éclair blond vénitien.
Et ça y est, je tourne la tête.
Chouette coup de tonnerre.
Je tourne, je tourne. Regarde les œuvres.
Toi.
Ta démarche.
Les dessins de nouveaux.
Ambiance feutrée. Les Autres chuchotent. Quand ils ne se cantonnent au silence.
Ah tiens, tu souris.
Est-ce moi ? As-tu fini, fine observatrice, par remarquer mon manège.
Se suivre l’un l’autre.
Pas possible, j’hallucine. Ce ne peut être vrai.
Plus je t’observe, plus je te dévisage du coin de l’œil. Et plus ce léger sourire apparait.
Fierté humaine.
Pouvoir féminin.
Sensualité Vénusienne.
Du coup, je m’abstrais de l’œuvre.
Mes plus plates excuses, chers collègues du cercle des disparus, mes hormones relaient mes neurones.
Il y a une femme magnifique autour de ma personne.
Animalité brute.
Vais-je, vais-je pas.
Merde, Phil, tu es à Bordeaux, ici, c’est Paris.
Ah mais tu me plais vraiment. Confiante de toi, de ton charme.
Monte à l’étage, mon cher, on va voir.
Laisse tomber, c’est juste le plaisir du polaroïd. Instantané émotionnel.

Autoportraits du dessus des marches qui me saisissent et me retourne l’estomac.
Mon dieu, celui-là, il a sorti ses tripes.
Eclair blond, vénitien.
Ah et tu viens, directe, aussi sûr que je le pensais, te perdre sur le portrait admiré.
«  Ils sont puissants, n’est-ce pas ? » .
Mouai, peut mieux faire. Mec, t’es qu’un bourrin mal dégrossi, suicidé de la langue, kamikaze autoproclamé. Parce qu’avec une accroche comme celle là, tu vas lui offrir un café, tu crois.
Crétin des Alpes, va.
Je n’ai rien contre vous les gars, mais ma langue me semble aussi lourde que votre accent.
« Oui, c’est vrai. » répond-elle.
Quoi ?
J’ai réussi ? Un premier pas si nul ?
Ca passe ?
Je rêve. Me pince. Non, c’est bon, j’ai mal.
De feuilles en feuilles, de dessins en dessins, tu rougis et je te regarde.
Nous rions.
Phil, lance-toi, Phil, lance toi, dis ta ville.
« Bordeaux … »
Ah tiens, tu connais.
Mais en plus, tu y travailles. De temps à autres, okay, mais quand même.
«  … Artiste … » Oui, grand timide coincé du ciboulot, peux faire mieux … j’ai l’impression de relire mes bulletins scolaires.
Et tu réagis en douceur, si calme, sans foncer sur le sujet.
Perle rare.
Veux-tu un verre, veux-tu un verre, veux-tu un verre. Verre, verre, verre.
Boule au ventre, le cœur tressaute au rythme des pensées. Panique adolescente.
Ah Bons Dieux, tu pars aux racines du jazz.
Je rougis.
Tu te lances. Cinéma ?
Anniversaire. Je réponds.
Jarnicoton, mais on ne va pas y arriver.
Dante attends-moi, je vais prendre ta barque. Descente aux enfers.

Rez-de-chaussée, «  Je prends le livre … ».
Vas-tu te carapater ?
Tu traines, regardes, chipotes un bouquin. Je me dépêche.
Et voila que tu pousses la porte.
Tourne la tête.
Oui, je te suis. Je suis là. Deux Êtres se regardant sous les yeux d’une basilique, bout de trottoir parisien.
Je te donne une carte. Phobie du 06. Je ne demande pas.
Rarement.
Tu as le choix comme cela.
C’est toi qui décide. Cadeau imbécile de ma part.
Trouves moi.
Et là, merveille, tu m’offres ton prénom.
Saveur auditive.
Il tourne instantanément sous mon crâne obtus.
Tu avances. Moi aussi. Chacun son trottoir.
Ton cinéma.
Mon anniversaire.
J’aurai du faire un offre.
Je t’attends.
Plaisir de la chasse.

Halle saint Pierre, 11 IV 15.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.