Nous sommes nés pour nous battre

Ecrit  sur « requiem for a tower » de Escala ( mise en boucle, jusqu’à la fin de l’écriture)

 

Sérieusement, qui n’a jamais entendu que l’on a rien sans rien?
Que pour mériter une chose, gagner de l’estime, il faut se donner, s’améliorer, se surpasser.
Et gagner.
Nous sommes nés pour nous battre.
Depuis le tout premier instant, bien avant la naissance.
A l’état embryonnaire et de cellule.
Se développer.
S’occuper de son nombril.
Arpenter la vie.
Tout.
Absolument tout est un combat.
Les cellules de nos corps passent un temps incommensurables à s’engager, à désarmer, à attaquer ce qui est extérieur, ce qui n’est pas nous.
Moi.
L’entité galactique que je suis.
Mon matériaux, mon art est un combat. L’un pour la lumière, l’autre pour arracher une forme à l’immobilité.
Tout. Absolument tout s’y adonne. De la violence de la confrontation naît la création. La vie. L’air que l’on inspire de force dans ses poumons. Ne serait-ce que ça.
Respirer, un action de grâce.
Qui est encore un pas de plus. Un mouvement de plus contre le Vide absolu.

Le départ vers un ailleurs.

L’abandon de notre corps physique.

La vie est un combat. De tout les instants.
Quitte à donner dans le mélodramatique, j’assume.
J’ai des rêves.
J’ai des envies.
Et rien, n’y personne, ne m’en détournera.
La gloire? Pourquoi pas.
L’argent? Facile? A la sueur de mon front? En pleurant toutes les larmes de mon corps?
Oui.
A fond.
J’assume.
Un combat.
Je n’ai pas de honte à assumer, à l’endosser mon rêve américain.
Celui d’être fier. Fier de mon chemin. Fier de moi.
De me retourner et de regarder.
D’observer celui des autres. Et d’apprendre leurs stratégies. De les copier et d’améliorer. Tempête de nombrils, chocs physiques.
La gloire du corps à corps. De se sentir vivant à chaque instant. De prouver la force de mon doute, de ma volonté. Je veux marquer. L’immortalité absolu.
Je veux une vie.
Je veux. Me battre encore et toujours. Jusqu’au bout. Cet équilibre tellement précieux, cette alchimie moléculaire qu’un rien brise, ce pendule énergétique qu’une brindille met en oscillation. Un souffle de vie qu’emporte le vent.
Qui ne l’a jamais ressenti?
Cet immense  et intense orgasme du coureur de fond, cavalant comme un dératé, avalant invariablement les mètres, pour ce diriger inexorablement vers la victoire, vers le bandeau rouge du vainqueur. Cette ligne d’arrivée.
La mort.
Et crachant tripes et boyaux, le sourire au lèvres de l’avoir fait, franchir dans un dernier pas, dans un dernier râle, le marathon d’une vie.
Elle est loin d’être un long fleuve tranquille, cet élan de puissance, ce mouvement perpétuel, cette respiration.
Métro, boulot, dodo.
Mon œil.
La vie, c’est la rage.
Cette énergie, qui nous guide, qui nous, me pousse à détruire pour construire une oeuvre, mon oeuvre, la souhaitez-vous?
Voulez-vous la vivre, la ressentir?

Sautez, des deux pieds. Les yeux fermés. Et vivez.
Laissez-vous porter. Prenez le temps.
Respirez.
Ressentir.

J’ai l’habitude de dire que la Vie est une putain. Et quand on jouit avec elle, elle le rend à merveille.

Je suis ce que je suis. J’ai été brisé, déconstruit, reconstruit. Mes premier rêves m’ont été arrachés. A coup de bulldozers. Je n’en suis pas ressorti plus fort. Ce qui ne vous tue pas … baratin de cinéma.
Je m’en suis rescapé différent. Étalant au grand jour mes émotions, mes sensations, pour mieux les comprendre. Instants de psychopathe. L’Autre m’intéresse moins. Au pire, il m’indiffère. Et en même temps, je le dissèque, l’examine. Seul quelques uns captent mon regard. L’Autre est un rat de laboratoire. Ne trouvez-vous pas?

Je veux me battre. Gagner de l’estime.
Mériter l’amour.

Je fais peut être fausse route, me direz-vous? Peut-être.
Très certainement.
Mais avouez, allez-y. N’avez-vous jamais ressenti du plaisir à gagner, jamais eu cet explosion dans le ventre. Dans le bas-ventre. En voyant le sourire fier du père, en entendant les encouragements de votre mère? Et vécu la même avec votre descendance?
Je veux me battre. Toute ma vie.
Pour une vie.
Je veux.
Simplement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.