Faux auto-portrait

Gouache, encre et or sur toile, 2016.
89×116 cm

Parfois le modèle et l’artiste se superposent. L’un offre et l’autre s’accroche. Le transfert est infime et la main exécute. Jusqu’à ce que l’œil remarque le glissement.
Et de peinture d’un autre, nous glissons vers l’intime.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.