Dossier d’artiste

 

Notice Biographique

Phil, de son vrai nom Philippe Meyer, est né en France en septembre 1985. Il se tourne à 21 ans vers les arts du bois, après des études d’ergothérapeute en Belgique.
En 2008, à Paris, il entame pour trois ans une formation d’apprenti en ébénisterie. Il se découvre dans sa dernière année d’apprentissage, lors d’un voyage en Finlande, un attrait pour la sculpture.
De janvier 2012 à mai 2013, Phil va approfondir dans cette voie et se former à la technique finnoise.
La rencontre avec M. Paajanen, artiste plasticien, le pousse définitivement vers l’artistique.
De retour en juillet 2013, en France, il s’installe au sein des Vivres de l’Art, pépinière d’artistes. Le croisement des différentes pratiques de ces créateurs, tout comme l’intégration d’un parcours d’auditeur libre aux Beaux-arts de Bordeaux, en septembre 2014, l’amène à inscrire un deuxième médium, la peinture, dans sa création.

Phil se consacre maintenant à la peinture et la sculpture, faisant de l’Homme son principal sujet d’étude.

Démarche artistique

L’identité d’artiste de Phil s’est construite autour de l’instabilité émotionnelle, de la matière et du protéiformisme créateur.
Au cours de ses différentes formations, l’artiste a trouvé le goût de l’autre et rencontré le bois. Matériau organique, par lequel il cherche à s’exprimer régulièrement.
Il y trouve l’expression de l’Autre, et plus encore de lui-même. Il s’inspire de l’Homme, de son point de rupture, de sa tension et sa tentation, afin d’y retrouver l’évasion, la perfection du mouvement, de l’instant.

Phil questionne l’épanchement, le lâché-prise de ses tiraillements.
En investissant ses émotions, il recherche ce point de tension et d’équilibre parfait : le « Perfectum », cet instant sublimé par tous les possibles.
Il en explore la sublimation de soi, de nous, de lui, du corps, de son travail et son mouvement.

Construire et déconstruire, véritable leitmotiv, Phil met à nu l’ambivalence d’une force fragile. Émanent de l’œuvre achevée (sculptée ou peinte) puissance et douceur, sensualité et rugosité.
Les corps se composent dans une luminosité sensuelle.
A l’instar de sa sculpture, l’artiste cherche à interroger le corps par la couleur.
Figuratif, dans une esthétique post-moderne, le travail du corps s’exprime à travers la gouache ou l’acrylique, le bois et la résine. La recherche du volume, de la matière, est l’obsession générale de sa création.
Pour que ressorte de l’œuvre, le mouvement et l’émotion.

L’impression vitale.